La question de la classe | Écrit par Margot Ciccarelli

Chaque seconde de notre vie, depuis notre naissance jusqu'à notre mort, nous apprenons sans cesse si cela est inconsciemment ou consciemment. Nous recevons constamment des retours de notre environnement, de nos observations et d’influences internes et externes.

Chaque nouvelle rencontre peut nous apprendre de nouvelles informations qui nous aideront à approfondir ce que nous savons de nous-mêmes, du monde, de notre métier – de n'importe quoi.

Parlons donc d'un sujet plutôt brûlant pour les enseignants. Nous avons une poignée d’enseignants au cours de notre vie, pas nécessairement tous bons, ni nécessairement tous mauvais. Une des questions que j’entends très souvent est :

'Ce qui fait un bon professeur? '

Je ne pense pas toujours nécessairement que seules les qualités d'un bon enseignant comptent en soi, mais regardons d'abord de plus près quelle est la différence entre l'acte d'enseigner et son objectif.

Enseigner est l'acte de transmettre des connaissances à une nouvelle personne ou à un nouveau groupe ; l'objectif du nouveau parti devrait être d'apprendre d'un enseignant. Ainsi, si un enseignant entre dans une classe et enseigne, il est engagé dans l’acte d’enseigner. Une heure s'écoule, à la fin du cours, les élèves quittent la classe.

Alors laissez-moi vous poser encore une question maintenant.
Le professeur a-t-il vraiment enseigné si les élèves n'ont rien appris ?

Ce n’est pas parce qu’une personne est simplement engagée dans l’action de faire quelque chose qu’elle réalise son action.

À quelle fréquence voyons-nous des élèves déconcentrés en classe ou désengagés par rapport à une classe ou à un enseignant en train de lire un manuel ou un Powerpoint ?

L'élève ou l'enseignant est-il en faute ?

Je dis ni l’un ni l’autre, cela dépend beaucoup des situations individuelles. Cependant, il s'agit souvent d'un problème répandu lorsque nous sommes dans un environnement où nous devons servir et enseigner un large public, la capacité de personnalisation devient beaucoup plus difficile en raison du grand nombre et nous sommes donc incapables de répondre aux besoins d'un grand nombre d'individus, l'apprentissage devient un problème. acte beaucoup plus indépendant.

Alors que nous entendons souvent dire que l'université est censée nous préparer à devenir plus indépendants à la fois dans notre façon de vivre et dans la façon dont nous prenons le contrôle de notre éducation, nous constatons souvent un taux d'abandon important car il devient de plus en plus difficile de suivre la charge de travail ou il y a simplement une énorme baisse d’intérêt pour le sujet.

Mon opinion personnelle est que la principale responsabilité des enseignants est de susciter la passion chez leurs élèves pour qu'ils veuillent poursuivre le sujet qu'ils ont choisi de maîtriser. Mais au lieu de penser à susciter la passion, nous nous concentrons sur les résultats, nous nous concentrons en fin de compte sur les notes. Nous pouvons faire un parallèle avec le jiu-jitsu, où les étudiants se concentrent sur les médailles, sur les ceintures.

Dans ce genre de scénario, l’enseignant et l’élève peuvent perdre leur passion pour le sujet en question. Ceci n’est qu’un simple aperçu de ce à quoi ressemble l’éducation dans le système actuel. Soulignons maintenant le cours moyen de jiu-jitsu. Le format d’un cours de jiu-jitsu ne s’est pas vraiment écarté de la norme au cours des 20 dernières années. Le nombre de techniques a augmenté considérablement avec la popularité de la garde moderne, mais en termes de format de classe, il est resté assez constant au fil des ans.

Une salle de conférence et un dojo.

Tout le monde doit rentrer chez lui une fois les cours terminés. Certains élèves rentreront chez eux et essaieront de digérer et de réviser ce qu’ils ont appris, d’autres non. Le parallèle est extrêmement similaire. Il y aura des étudiants qui seront tout à fait d’accord avec le format de cours actuel et bien d’autres qui auront des difficultés et dont les progrès s’arrêteront.

Un enseignant passionné par l'enseignement ne se concentre pas uniquement sur les élèves qui comprennent, il aide chaque individu de la classe. Et bien sûr, cela devient souvent un problème lorsque les classes sont nombreuses. Comment une seule personne peut-elle aider 30 à 40 personnes en même temps dans un cours de 60 à 90 minutes ? Cela ne veut pas dire qu’il n’existe aucune alternative à ce problème.

Comment pensez -vous que nous pouvons améliorer la manière actuelle d’enseigner le jiu-jitsu ?

Votre moniteur est-il un bon pédagogue ou un bon compétiteur ?
Qu’en est-il du système éducatif actuel ? Quelles sont vos pensées?

Seulement un peu de matière à réflexion.

Commentez et faites-nous part de vos réflexions et idées.