Maternité et Jiu Jitsu

PAR KAREN ANTUNES
Être une athlète de jiu-jitsu et une mère est la chose la plus difficile que j'ai faite, mais aussi incroyable. J'ai entendu dire que les enfants apprendraient en suivant ce qu'ils voyaient de leurs parents et j'en suis très heureux parce que je peux montrer à mes filles que cela vaut la peine de travailler dur pour réaliser nos rêves. J'ai l'opportunité de leur montrer que je vis la vie de mes rêves après de nombreuses années de dur labeur. J'ai l'opportunité de leur montrer qu'ils peuvent faire ou être ce qu'ils veulent et poursuivre leurs rêves s'ils veulent vraiment quelque chose. Et ce ne sont pas que des jours heureux, ils sont très jeunes et me voient déjà faire face à des blessures, de la frustration, des larmes…. mais en fin de compte, ils ne me verront pas abandonner, que ce soit sur les tapis ou dans la vie.

L'athlète Karen Antunes avec ses deux enfants à Gis.
-

J'aime le jiu-jitsu autant que j'aime être mère et c'est probablement pour ça que je ne suis pas encore prête à arrêter ma carrière sportive, peut-être que je peux encore gagner un titre mondial de plus, je travaille pour l'accomplir pour mes filles , et pour moi. La maternité m'a rendu plus forte que jamais !

Karen Antunes lors d'une compétition de Jiu Jitsu.

C'est vraiment difficile de se concentrer sur ma carrière de Jiu Jitsu mais c'est aussi ce qui me rend heureux et je ne peux pas abandonner, c'est la même chose que d'abandonner qui je suis en tant que personne et d'être une bonne mère, épouse, entraîneur. Je dois être content de moi. La vie peut devenir très difficile certains jours, je suis dépassée mais je n'échangerais ma vie pour rien au monde, je vis la vie que je rêvais d'avoir un jour et je suis tellement reconnaissante pour mes journées (et nuits) bien remplies avec mon 2 bébés. J'ai hâte de me sentir prêt à revenir à la compétition et de ressentir à nouveau cette adrénaline.

Karen Antunes et sa fille se tiennent la main lors du Gis de la Saint-Valentin.